Viol collectif : le procureur avait délibérément nié le caractère raciste du crime

Ce matin du 30 mars 2014, à Evry, vers 5 heures, deux automobilistes découvrent une jeune femme de 18 ans, le visage tuméfié et en état de choc, errant dans la rue. Elle leur explique avoir été violée par quatre inconnus.

 

Le procureur d’Evry a choisi de nier la dimension raciste du crime malgré les preuve…

Le maire d’Evry admet « des consignes de diète médiatique »

evry

 

Lire la suite

Lire aussi : Evry : un ado violeur récidiviste jugé pour des sévices d’une violence inouïe

Publicités

Publié le 2 juin 2017, dans Droit, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :