Archives du blog

Prélèvement à la source : les syndicats dénoncent une privatisation de la collecte de l’impôt

Ce sont les employeurs qui seront chargés de collecter cet impôt pour le compte du fisc, ce qui suscite la grogne des entreprises.

Les syndicats de la Direction générale des finances publiques (DGFIP) sont eux aussi en colère.

Lire l’article

Publicités

Mais qui est donc Jean-Cyril Spinetta ?

Jean-Cyril Spinetta est l’auteur du rapport commandé par le gouvernement qui a mis le feu aux poudres.

Qui est-il ?

Quel est son parcours ?

Pourquoi ce rapport qui aurait dû être impartial semble bien être à charge contre les cheminots ?

Ses origines

Son père, Adrien Spinetta, (1908-1998), était ingénieur des ponts et chaussées, président de l’office universitaire de recherche socialiste et du Conseil général des ponts et chaussées. Il est l’un des rédacteurs de la loi N° 78-12 du 4 janvier 1978 relative à la responsabilité et à l’assurance dans le domaine de la construction, dite  « Loi Spinetta » (1978). Il était un proche de Guy Mollet.

Son grand-père, Cyrille Spinetta (1879-1943), était responsable de la Section Française de l’Internationale Ouvrière (SFIO). On peut lire sur une biographie qu’il était ami de Jean Jaurès… 

Mais les temps changent… et les idées de Jean Jaurès et de Guy Mollet semblent oubliées.

Quelques recherches sur Jean-Cyril Spinetta révèlent que les moments où il a fait partie du conseil d’administration d’une société correspondent souvent à des périodes de licenciements massifs.

 

Son parcours

Jean-Cyril Spinetta est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po) et ancien élève de la promotion Charles de Gaulle de l’École nationale d’administration (ÉNA).

Il est ou a été :

Président et directeur général d’Air France-KLM

Administrateur de :

  • Alcatel-Lucent (2006)

  • Air France

  • Groupe Air France-KLM

  • Alitalia

  • La Poste (jusqu’en 2008)

  • Saint-Gobain (depuis 2005)

  • Unilever (2006)

  • GDF Suez

  • Le Monde des Entreprises

  • Areva (avril 2009)

 

On peut lire un peu partout que les cheminots, et d’autres Français en général, s’interrogent sur la légitimité  d’une personne avec un tel parcours pour faire une analyse impartiale de la situation du système ferroviaire français.

 

Ce choix est-il étonnant ?

Il s’est déjà attaqué à la réforme très controversée d’Air France, lorsqu’il était aux commandes du groupe. Sa mission : préparer la privatisation de la première compagnie d’aviation française.

Si la volonté du pouvoir actuel est de privatiser à terme la SNCF, ce choix est donc logique.

On comprend alors que certains ont pu parler de son rapport comme « Le rapport téléguidé pour justifier le démantèlement de la SNCF ».

Quoi d’autre ?

On a lu qu’en tant que Président du conseil d’administration Air France KLM du 01-04-2008 au 31-03-2009 ses revenus s’élèvent à 1.627.740 €
De quoi énerver les salariés de la SNCF qui pour la majorité ne toucheront pas la moitié dans toute leur carrière.

Les archives internet nous rappellent qu’en juillet 2006 le PDG d’Air France, Jean-Cyril Spinetta, fut soupçonné de « blanchiment en bande organisée, de travail dissimulé, complicité de corruption passive, trafic d’influence et complicité d’abus de bien sociaux ».

On a lu aussi que « Jean-Cyril Spinetta fut ancien président du Conseil de Surveillance d’AREVA de 2009 à 2013, quatre années au cours desquelles les errances de ses dirigeants ont conduit la compagnie publique vers le désastre que l’on connaît ».

 

Sources (cliquez et lisez ceci) :

Qui est Jean-Cyril Spinetta, l’homme qui veut détruire la SNCF et le statut de cheminot ?

Le rapport Spinetta est signé par une élite qui ne connaît pas la France

Biographie de Jean-Cyril Spinetta

Rémunérations de Jean-Cyril Spinetta (2009 – 2010 – 2011)

Jean-Cyril Spinetta (Wikipedia)

Le PDG d’Air France, Jean-Cyril Spinetta, est convoqué par la justice

Le rapport téléguidé pour justifier le démantèlement de la SNCF

L’ombre d’AREVA sur l’avenir de la SNCF

Areva : ce qu’il faut savoir sur le désastre

Affaire Uramin : la justice enquête sur Anne Lauvergeon, ex-Pdg d’Areva

 

Relire également les articles :

Les mensonges sur France Télécom éclairent ceux sur la SNCF

Pourquoi le gouvernement veut « se faire » les cheminots ?

La SNCF coûte moins cher que les accidents de la route

Rapport Spinetta : point de vue purement économique qui fait l’impasse sur l’enjeu environnemental

Risque de grève à la SNCF

Désastre de la privatisation du rail britannique

 

Les mensonges sur France Télécom éclairent ceux sur la SNCF

Pour justifier les ordonnances sur la SNCF, le gouvernement assure que son seul objectif est d’améliorer le fonctionnement de l’entreprise dans le cadre de l’ouverture à la concurrence.

Les mêmes arguments, avancés pour France Télécom voilà 20 ans, ont débouché… sur une cascade de mensonges !

Lire la suite

Risques de dérapages budgétaires pour les JO 2024

Un rapport pointe de possibles dérapages et préconise de prendre rapidement des décisions dans le dossier des Jeux d’été 2024 à Paris. Il est question de «réels risques à la fois de non-réalisation dans les délais de certains équipements mais aussi de surcoûts importants ».

Lire l’article :
Jeux olympiques 2024 : un rapport alerte sur de possibles dérapages budgétaires
Relire également :
Dérives et surcoût exorbitant : l’Euro 2016 va faire mal aux finances de la France !

Compteurs Linky : coûteux pour les foyers, avantageux pour Enedis

Pour la Cour de comptes, le compteur Linky sert principalement à « « rémunérer » Enedis, la filiale d’EDF, au détriment du service rendu aux consommateurs.

enedis-affirme-que-la-remuneration-du-projet-linky-est-a-la_1066196

Intrusifs, dangereux, mauvais pour la santé…

Les controverses se sont multipliées depuis la mise en service des premiers compteurs Linky : en captant les données des consommateurs à tout moment, il semblerait que le boîtier puisse connaître leurs périodes d’absence, leurs heures de lever et de coucher, ou même le nombre de personnes dans le foyer… 

Lire la suite

 

La baisse d’impôt promise par le gouvernement n’a pas eu lieu !

Le gouvernement promet pour cette année une baisse d’impôt et de charges dont chaque salarié est censé ressentir les bienfaits dès son bulletin de paie de janvier… Une analyse plus concrète permet d’en douter :

 Timbre :  + 10 centimes
 Gazole :  + 7,6 centimes
 Essence : + 3,84 centimes
Tabac :  + 10%
 Et bientôt taxe sur le gaz naturel :  + 43,7%

ob_83deb1_a-fiscalite

 

Lire la suite de l’article

Relire aussi :

Les premières mesures de Macron profiteront aux plus aisés en 2018 et 2019

 

Propriétaires : vous êtes la vache à lait du gouvernement

Ce n’est pas une nouvelle, l’immobilier est devenu la vache à lait fiscale des différents gouvernements.

Mais la tendance ne fait que s’accentuer avec Emmanuel Macron !

vache

Par exemple, l’ISF disparaît pour tous,… sauf pour les propriétaires immobiliers et devient même l’impôt sur la fortune immobilière. La fortune ne devient donc taxée que parce qu’elle est immobilière !

Les revenus immobiliers sont deux fois plus taxés que les revenus financiers !

50 impôts et taxes frappent l’immobilier !

 

Lire la suite

 

Manger de la viande est bien pire que prévu pour la planète

Le réchauffement climatique est une menace constante.

Cette épée de Damoclès persiste au-dessus de nos têtes, et une récente étude démontre une fois de plus que nous en sommes les responsables : les élevages des pays en développement relâchent bien trop de méthane…

elevage-cruate-vaches

cc_52_meat1-1024x424

Lire la suite

 

Rentrée scolaire : une facture plus salée au lycée

Cette année, la facture de la scolarité s’alourdit légèrement avec un coût en hausse de 0,83 % en moyenne, selon une enquête de la Confédération syndicale des familles.

Au lycée, les dépenses sont en hausse de 2,6 % par rapport à 2016 avec une facture de 422 euros en seconde générale. En seconde professionnelle, dans une filière industrielle, où l’on demande souvent aux élèves de s’équiper d’un matériel spécialisé, les dépenses dépassent même les 700 euros.

inf64efd586-828e-11e7-8c2d-3e63b6c8c618-805x516

 

Lire l’article

Les collectivités locales à la diète, mais pas l’Elysée !

Macron sabre le budget des collectivités locales…
mais pas celui de l’Elysée !

Le 20 juillet, le gouvernement supprimait 301 millions d’euros de dotations inscrits dans la loi de finances 2017 à destination des collectivités locales et des territoires. Cette opération s’est faite par un discret décret, donc sans contrôle parlementaire et surtout sans consultation des collectivités territoriales, dans le plus grand mépris des principes avancés deux jours auparavant lors de la tonitruante Conférence Nationale des Territoires.

Le comble est que certains investissements ont été prescrits par l’Etat lui-même…

 

Lire l’article

%d blogueurs aiment cette page :